preloader image of the website

Les mesures de réduction

Le parc éolien au large de la baie de Saint-Brieuc, porté par Ailes Marines, a obtenu le 18 avril 2017, de la Préfecture des Côtes-d’Armor, l’autorisation administrative dite « Autorisation Unique IOTA » au titre des dispositions des articles L.214-1 et suivants du Code de l’Environnement.

Cette autorisation prescrit plusieurs mesures de suivi, de réduction, de compensation ou d’accompagnement de l’environnement. Les mesures de réduction ont pour but de limiter les impacts négatifs du projet sur l’environnement. Elles peuvent tenter de réduire sa durée, son étendue ou son intensité.

Mesures de réduction en faveur des mammifères marins en phase de construction

Pendant la construction :

Perte d’habitat effective due à l’évitement
Dérangement dû au bruit des bateaux
Masquage des communications dû au bruit
Risque de mortalité/ blessures dû au bruit

Afin de répondre aux mesures de réduction 1 et 2 de l’AU IOTA, un plan d’atténuation en faveur des mammifères marins (MMMP) a été préparé par Ailes Marines. Ce plan sera déployé en phase de construction lors des opérations de battage et inclut :

  • Détection visuelle par des observateurs embarqués (MMOs) ;
  • Détection acoustique par des opérateurs de surveillance d’acoustique passive (PAM) ;
  • Installation de dispositifs de dissuasion acoustique pour éloigner les mammifères marins (pingers) ;
  • Démarrage progressif des activités de battage (soft-start).

L’objectif principal du MMMP est de prévenir les blessures auditives des mammifères marins à proximité des activités de battage. Ce plan a été intégré au contrat d’installation des éoliennes et sera suivi par le contractant lors des opérations de battage.

Détails de la procédure :
etapes-demarrage-progressif

Planning et Statut

Mesure en développement

Entre 2021 et 2022, et uniquement durant les activités de battage en phase de construction.

Réduction du dérangement du puffin des Baléares en période de présence internuptiale

Pendant la construction :

Perte / Modification d’habitat
Photoattraction
Dérangement dû aux navires
Risque de collision avec les navires

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Perte / Modification d’habitat

L’objectif de la mesure est d’informer le personnel de chantier pour permettre l’évitement des radeaux de puffins par les navires de transfert de personnels (CTV) durant les travaux en mer et de sensibiliser le public.

Cette mesure visait les départs de Saint-Quay-Portrieux (port initial de la phase de chantier), car l’étude d’impact avait mis en évidence que des radeaux de puffins étaient présents entre ce port et la zone de chantier en mer. Cependant, la localisation du port a évolué et ce dernier sera localisé à Lézardrieux. Les radeaux de puffins ne se trouvent plus sur les routes de navigation et le risque d’en rencontrer est désormais négligeable réduisant de fait l’incidence identifiée dans l’étude d’impact. La mesure a donc été adaptée pour répondre aux nouveaux besoins.

La mesure a une double portée :

Les opérations de sensibilisation seront organisées dans deux communes littorales de l’est et de l’ouest de la baie de Saint-Brieuc.

Planning et Statut

Mesure en développement

2021-2023

  • Programme de sensibilisation pour la phase chantier 1% 1%

2021-2026

  • Sensibilisation du public et des usagers de la mer 1% 1%

Réduction de la photoattraction en construction

L’étude d’impact a mis en évidence que certaines espèces d’oiseaux en vol étaient plus sensibles à la lumière que d’autres. À défaut de mesures de mitigation, les effets potentiels de l’attraction lumineuse ont été qualifiés de moyens pour les pétrels et les puffins et de faibles à négligeables pour les autres espèces d’oiseaux. Bien que des informations limitées soient disponibles quant à leur comportement (migratoire).

Cette mesure a pour objectif de réduire les incidences liées aux lumières des navires en phase travaux.

Conformément aux conditions rattachées à l’AU IOTA, les effets de l’attraction lumineuse peuvent et devront être mitigés :

Ces prescriptions ont été transcrites dans les cahiers des charges des entreprises de travaux qui devront suivre ces obligations.

Les premiers retours des entreprises de travaux lors de l’analyse des offres montrent que d’une manière générale, chaque navire participant au projet sera doté et équipé de tous les feux externes nécessaires pour effectuer ses opérations de nuit, à savoir :

Des feux de navigation, conformes aux réglementations internationales, aux règles de classification et d’administration du pavillon (soit orientés à l’horizontale (parallèlement au niveau de la mer), avec des secteurs angulaires prescrits) ;

Des feux de signalisation destinés à avertir les avions et à l’atterrissage des hélicoptères, conformément aux règles et règlementations internationales de l’aviation (orienté vers le ciel, mais mis en service uniquement en cas de nécessité) ;

Des projecteurs de recherche pour les opérations de recherche et sauvetage et le passage dans les canaux (l’orientation est variable mais ces derniers ne sont utilisés qu’en cas d’urgence) ;

s

Des projecteurs pour la mise à l’eau des équipements de sauvetage et l’embarquement, en cas d’abandon du navire en urgence, toujours orientés vers le bas et vers les systèmes d’embarcation, ainsi que la mer qui entoure directement celui-ci, en cas de besoin ;

Des feux de pont courants pour permettre au personnel de se déplacer en toute sécurité (orientés vers le bas) ;

Des projecteurs pour éclairer la zone de travail, permettant d’assurer la sécurité opérationnelle du projet.

Ces premiers retours démontrent que la plupart des éclairages, sauf prescription réglementaires ou besoins spécifiques (pour assurer notamment la sécurité du personnel navigant et travaillant) seront orientés vers le bas.

Sur les navires de construction.

Planning et Statut

Mesure en développement

Cette mesure est prévue sur toute la durée de la phase de construction.

preloader image of the website