preloader image of the website

Les mesures de suivi

 

Le parc éolien au large de la baie de Saint-Brieuc, porté par Ailes Marines, a obtenu le 18 avril 2017, de la Préfecture des Côtes-d’Armor, l’autorisation administrative dite « Autorisation Unique IOTA » au titre des dispositions des articles L.214-1 et suivants du Code de l’Environnement.

Cette autorisation prescrit plusieurs mesures de suivi, de réduction, de compensation ou d’accompagnement de l’environnement. Les mesures de suivi ont pour but de surveiller l’évolution de l’environnement dans le temps, et de mesure l’impact du parc éolien sur cette évolution.

Suivi visuel des mammifères marins et des oiseaux

Pendant la construction :

Dérangement dû au bruit
Perte d’habitat
Risque de mortalité / blessures dû au bruit
Masquage des communications dû au bruit pour les mammifères marins
Photoattraction (risque de collision accrue + épuisement) pour les oiseaux

Pendant l’exploitation :

Photoattraction pour les oiseaux
Risque de collision et barotraumatisme pour les oiseaux
Désorientation par émission ultrasonore pour oiseaux
Champs électromagnétiques pour les mammifères marins
Autres effets sur les mammifères marins négligeables

Le suivi « visuel » des mammifères marins et des oiseaux a pour objectif principal de déterminer l’incidence des travaux et du fonctionnement du parc éolien au large de la baie de Saint-Brieuc sur ces groupes. Ces suivis permettront également d’améliorer la connaissance locale.

Les observations par bateau sont réalisées par deux observateurs simultanément, chacun couvrant un côté d’un bateau et se concentrant sur une bande de 300 m. Un protocole de type transect est également déployé pour le suivi aérien haute définition. Les films réalisés lors de sorties sont analysés de retour à terre.

carte-suivi-aerien
carte-suivi-bateau

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place actuellement

Cette mesure de surveillance sera mise en place à plusieurs reprises :

Entre mars 2020 et mars 2021 :

Entre mars 2020 et 2025 :

En phase d’exploitation (après 2025) :

Suivi par acoustique passive des mammifères marins

Pendant la construction :

Dérangement dû au bruit
Perte d’habitat
Risque de mortalité/ blessures dû au bruit
Masquage des communications dû au bruit

Pendant l’exploitation :

 Champs électromagnétiques pour les mammifères marins
Autres effets négligeables

L’objectif du suivi « par acoustique passive » des mammifères marins est de renseigner l’activité des cétacés dans la zone du parc éolien en mer avant travaux (état de référence), en phase de construction, d’exploitation et de démantèlement.

Sept stations acoustiques sont positionnées à différents endroits de la zone d’étude, chacune permettant d’enregistrer les hautes fréquences (marsouins, clics) et basses fréquences (cétacés basse et moyenne fréquences, bruit ambiant). Deux stations sont positionnées dans le parc, et les cinq autres disposées en étoiles autour du parc à 10 et 20 km de distance.

L’enregistrement est effectif 33 % du temps. La maintenance des équipements se fait tous les 3 mois environ et les données obtenues sont traitées de retour à terre.

suivi-acoustique-passive
^

Bouées de suivi des mammifères

[

10 km autour des bouées

V

Zone d'implantation

V

10 km autour de la zone d'implantation

V

20 km autout de la zone d'implantation

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place actuellement

Cette mesure de suivi sera mise en place à plusieurs reprises :

- entre mars 2020 et 2024

phases de pré-construction, construction et les 2 premières années d'exploitation

- 1 an de suivi (date à définir)

moitié de la période d'exploitation

- 1 an de suivi (date à définir)

l'année précédant le démantèlement du parc

– entre mars 2020 et 2024 : phases de pré-construction, construction et les 2 premières années d’exploitation

– 1 an de suivi (date à définir) : moitié de la période d’exploitation

– 1 an de suivi (date à définir) : l’année précédant le démantèlement du parc

Suivi des colonies nicheuses

Pendant la construction :

Perte / Modification d’habitat
Photoattraction
Dérangement dû aux navires
Risque de collision avec les navires

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Perte / Modification d’habitat

L’objectif de la mesure est d’améliorer la connaissance sur les colonies nicheuses de la baie de Saint-Brieuc. Ce suivi n’a pas pour objectif de se substituer aux actions déjà menées sur le territoire, mais de les compléter afin d’affiner les connaissances sur les colonies nicheuses locales.

Le protocole scientifique fixant les modalités techniques des actions de terrain a été établi conjointement entre Ailes Marines et les acteurs locaux (Bretagne vivante, le GEOCA, le Syndicat Mixte Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel, et VivArmor). Le coordonnateur de la mise en œuvre des suivis est le GEOCA. Le site des 7 Iles a été écarté après échanges avec la LPO car ce dernier est déjà particulièrement bien suivi et connu.

Toutes les espèces d’oiseaux nicheurs font l’objet de suivis, et plus particulièrement les Grands Cormorans, les Goélands, les Océanites tempête, les Puffins, les Alcidés, les Mouettes tridactyles ainsi que les Sternes.

Grand Cormoran

Goéland argenté

Océanite tempête

Puffin des Baléares

Alcidés

Mouette tridactyle

Sterne

D’une manière générale, trois types de suivi ont été identifiés :

Une fois analysées, les données seront bancarisées au sein d’une base de données publiques (ORA).

Les suivis seront réalisés dans cinq colonies : Fréhel, Verdelet, Bréhat, Plouha et Cézembre.

suivi-nicheurs

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place actuellement

Sept années de suivi sont prévues, selon le calendrier suivant :

2020

  • En phase pré-construction 87% 87%

2022

  • En phase de construction 0% 0%

2024, 2025, 2026, 2034, 2044

  • En phase d’exploitation 0% 0%

Suivi de la dispersion des poussins d’alcidés

Pendant la construction :

Perte / Modification d’habitat
Photoattraction
Dérangement dû aux navires
Risque de collision avec les navires

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Perte / Modification d’habitat

L’objectif de la mesure est d’améliorer la connaissance sur le phénomène de dispersion des adultes et de leurs poussins en mer, et de vérifier si cette dispersion est effectuée en direction du parc éolien au large de la baie de Saint-Brieuc.

Le protocole scientifique fixant les modalités techniques des actions de terrain a été établi conjointement entre Ailes Marines et les acteurs locaux (Bretagne vivante et le Syndicat Mixte Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel). Les suivis seront réalisés :

Les données des observations sont exploitées sous SIG et permettront de réaliser une cartographie présentant la localisation des duos mâle-poussin le long des transects parcourus.

carte-cap-frehel

Sur Terre aux abords du Cap Fréhel

transects-suivi

En mer, pour des transects partant de la pointe du Cap Fréhel

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place actuellement

Cinq années de suivi sont prévues, selon le calendrier suivant :

2020

  • En phase pré-construction 87% 87%

2022

  • En phase de construction 0% 0%

2024, 2025, 2026

  • En phase d’exploitation 0% 0%

Suivi de l’avifaune par radar terrestre

Pendant la construction :

Perte / Modification d’habitat
Photoattraction
Dérangement dû aux navires
Risque de collision avec les navires

Le radar offshore ne pouvant être fonctionnel qu’à la mise en tension des éoliennes, un suivi par radar terrestre est mis en place avant et pendant construction. Un suivi spécifique sera mis en œuvre pour évaluer les micro/macro évitements ainsi que les flux migratoires au sein du parc en phase de fonctionnement (cf. fiche suivante).

Les objectifs principaux de ce suivi de l’avifaune par radar terrestre sont d’évaluer les modifications potentielles de comportement des oiseaux marins du fait de la présence du parc et de mesurer le flux migratoire afin de connaître d’avantage l’importance des passages en baie de Saint-Brieuc.

Un système de radars est donc installé sur le site du Cap Fréhel (point de la côte le plus proche du parc) pendant les deux principales périodes de migrations des oiseaux (avril et octobre). Pour chaque suivi, le système de radar (mode vertical et mode horizontal) mesure en continu sur une période d’une semaine les flux migratoires et hauteurs de vols.

carte-radar-terrestre

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place actuellement

Cette mesure de suivi sera mise en œuvre à plusieurs reprises :

Une semaine en octobre et une semaine en avril chaque année (périodes de migration) pendant les phases de pré-construction et de construction.

Suivi de l’avifaune par radar maritime

Pendant la construction :

Perte d’habitat effective due à l’évitement
Attraction par les lumières de chantier
Dérangement dû au bruit et aux bateaux

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Photoattraction
Perte d’habitat effective due à l’évitement
Dérangement dû au bruit et aux bateaux

Le suivi de l’avifaune par radar maritime sera réalisé à l’aide d’un dispositif de radars / caméras automatisés, installés dans le parc, permettant de couvrir un maximum de la surface du parc ainsi qu’une bonne acquisition de données. Les données verticales apportent des informations sur la hauteur de vol alors que les données horizontales apportent des informations sur les trajectoires latérales /directions. Ces deux informations sont importantes pour voir si les oiseaux modifient leur hauteur de vol, évitent latéralement les éoliennes, rentrent directement dans le parc, et en ressortent.

Les deux principaux objectifs sont les suivants :

Il était initialement prévu l’installation d’un radar en phase de pré-construction, construction et les premières années d’exploitation sur une fondation, soit pendant 6 ans. Ceci n’est pas réalisable pour des raisons techniques (pas de plateforme en mer ou d’électricité avant la mise en service). In fine, Ailes Marines installera 1 radar terrestre en période de migration pendant 4 ans (pré-construction et construction) et deux radars en mer pendant 2 ans.

Actuellement Micro Shelter Solution travaille pour Ailes Marines à la définition de ce système (localisation, type de radar, couverture, double vocation navigation/avifaune, paramétrage, maintenance, etc.) et ce dernier sera présenté pour information aux membres du CS.

suivi-radar-maritime

Deux radars seront installés au sein du parc, un au nord sur la fondation n°57, et l’autre au sud, la localisation doit encore être validée au regard des contraintes techniques d’installation, mais ce pourrait a priori être la fondation n°9.

Planning et Statut

Mesure en développement

Ce suivi débutera à la mise en service des éoliennes du parc et ce pour une durée de 2 ans pendant la phase d’exploitation du parc.

Suivi télémétrique des fous de bassan

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Perte / Modification d’habitat

L’objectif de la mesure est d’améliorer la connaissance sur l’écologie du Fou de Bassan en baie de Saint-Brieuc. Ce suivi n’a pas pour objectif de se substituer aux actions déjà menées sur le territoire, mais de les compléter afin d’affiner les connaissances sur les colonies locales.

Les travaux de terrain auront lieu aux Sept-Iles, mais les données collectées permettront un suivi détaillé de leurs mouvements et de leurs activités de pêche dans toute la Manche. Des Fous de Bassan adultes seront capturés aux Sept-Iles, en période de reproduction. Ils seront équipés d’appareils électroniques dernière génération permettant un suivi détaillé de leurs mouvements à petite et grande échelle, de leurs altitudes de vol et de leur fréquentation de la zone du projet.

Cet appareillage sera constitué de :

fou-de-bassan

Cette mesure sera mise en place par le biais d’une collaboration étroite entre la réserve naturelle des Sept-Iles et le CEFE-CNRS de Montpellier. Cette collaboration, en place depuis plusieurs années, a permis de valider et d’affiner l’ensemble des protocoles qui seront utilisés pour ces travaux, ainsi que toutes les modalités logistiques.

suivi-fous-de-bassan

La capture et l’appareillage des Fous de Bassan seront effectués au sein de la réserve des Sept-Iles.

Planning et Statut

Mesure en développement

Le suivi se déroulera sur trois ans :

- une année en phase de construction

2023

- deux années en début d'exploitation

2024-2025

– une année en phase de construction (2023)

– deux années en début d’exploitation (2024-2025)

Chaque année, les suivis se dérouleront sur une période de 3 mois, qui comprend deux semaines et demi de collecte de données sur les Fous de Bassan des Sept-Iles (juin) ainsi que deux mois et demi de préparation des travaux de terrain, d’analyse des données et de rédaction du rapport annuel (juin – juillet – août).

Suivi télémétrique des alcidés

Pendant la construction :

Perte / Modification d’habitat
Photoattraction
Dérangement dû aux navires
Risque de collision avec les navires

Pendant l’exploitation :

Risque de collision
Perte / Modification d’habitat

La mesure concerne les Pingouins Torda et les Guillemots de Troil nicheurs de la colonie du Cap Fréhel. Il s’agit de préciser l’écologie de ces deux espèces et d’en apprendre davantage sur le comportement de ces oiseaux en lien avec la construction et l’exploitation du parc.

L’objectif est d’équiper 10 à 15 individus de Pingouins et Guillemots par an, pendant 3 ans, avec des appareils électroniques miniaturisées pendant la période de reproduction.
Les travaux de terrain auront lieu au Cap Fréhel, avec un relâché immédiat des oiseaux sur place dès la pose du GPS, puis la recapture quelques jours plus tard pour la récupération du matériel. Les données collectées permettront un suivi détaillé de leurs mouvements et de leurs activités de pêche dans le Golfe Normand Breton.

Les livrables suivants seront produits :

Données

Une base de données brutes et de métadonnées.

Cartes

Des cartes géoréférencées présentant les trajets des oiseaux équipés.

Analyse spatiale Kernel

Une estimation de la fonction de densité de probabilité des positions des oiseaux en mer, zone par zone.

Analyse temporelle

Analyse des phases d’activité des oiseaux afin d’en extraire une cartographie des habitats préférentiels des oiseaux pour leur recherche de nourriture.

Le suivi sera réalisé en collaboration entre l’Observatoire Régional de l’Avifaune (ORA), Bretagne Vivante, le syndicat des Caps et l’Université de Nantes.

carte-cap-frehel

La capture et l’appareillage des Alcidés seront effectués à proximité des falaises du Cap Fréhel.

Planning et Statut

Mesure en développement

Le suivi se déroulera sur trois ans :

- une année en phase de construction

2023

- deux années en début d'exploitation

2024-2025

– une année en phase de construction (2023)

– deux années en début d’exploitation (2024-2025)

Les suivis se dérouleront sur une période de plusieurs mois, qui inclura la collecte de données sur les alcidés du Cap Fréhel ainsi que la préparation des travaux de terrain, d’analyse de données et de rédaction du rapport annuel.

Suivi benthos / eau / sédiment

Pendant la construction :

Remise en suspension provenant du rejet de forage (turbidité)
Dépôt de particules sédimentaires
Ecrasement (présence des pieux et protections, ancrage des navires, pose et protection des câbles)

Pendant l’exploitation :

Perte ou modification des habitats
Dégradation de la qualité de l’eau et des sédiments
Effet récif

 Ce suivi multiple, comporte 3 compartiments distincts, benthos / eau / sédiment est divisé en 3 sous-parties :

A. Bio-évaluation de la macrofaune benthique et caractérisation géochimique des sédiments

Il s’agit du suivi de l’épifaune et de l’endofaune autour de 4 stations, représentatives de la diversité des habitats présents sur le site d’étude. Deux stations sont localisées sur des substrats meubles, deux sur des substrats considérés comme durs. Chacune de ces stations est composée de 4 sous-stations, positionnées suivant un gradient d’incidence potentiel dans l’axe majeur du courant.

– Substrats meubles : Echantillonnage à l’aide i) d’une benne normée (0.1m2 ; 5 réplicats) et ii) d’un système vidéo tracté permettant de réaliser des transects. Un échantillon moyen de sédiments sera constitué pour les analyses géochimiques en laboratoire.

– Substrats durs : Réalisation d’une séquence vidéo en point fixe d’une durée de 10’.

B. Suivi de la qualité de l’eau et de la masse de l’eau

Echantillonnage de l’eau de mer sur 1 station localisée en position centrale du périmètre d’implantation du parc éolien.
Echantillonnage à l’aide d’une bouteille Niskin à déclenchement. L’échantillon est constitué à une seule profondeur moyenne.

C. Suivi de l’impact des anodes sacrificielles

Tâche 1 : Quantification des produits de corrosion des anodes au sein du milieu (eau de mer, sédiments). Cette « tâche » (terrain/dosage) est entièrement intégrée au protocole de surveillance de la qualité de l’eau, des masses d’eau et des sédiments.

Tâche 2 : Evaluation du risque sanitaire et environnemental induit via de potentiels mécanismes de bioaccumulation de l’aluminium et du zinc.

Les espèces suivies dans le cadre de cette surveillance sont la coquille Saint-Jacques (Pecten maximus), bivalve filtreur, le bulot (Buccinum undatum), gastéropode nécrophage et le tacaud commun (Trisopterus luscus), poisson prédateur. L’effort d’échantillonnage de ces espèces est issu des pêches expérimentales menées lors du suivi de la ressource halieutique.

suivi-benthique-a
suivi-benthique-b

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place

Le suivi se déroulera selon le calendrier suivant :

- Suivi des biocénoses benthiques en septembre

2020 à 2023

- Suivi complet en début d'exploitation

2024 à 2026

- Suivi ponctuel

tous les 5 ans

– Suivi des biocénoses benthiques en septembre entre 2020 et 2023,

– Suivi complet en début d’exploitation, de 2024 à 2026,

– Suivi ponctuel tous les 5 ans.

Suivi de la ressource halieutique

Pendant la construction :

Ecrasement (présence des pieux et protections, ancrage des navires et la pose et protection des câbles)
Remise en suspension de particules sédimentaires et leur dépôt
Nuisances sonores et vibrations

Pendant l’exploitation :

Modification d’habitat
Effet récif

L’objectif de ce suivi est d’évaluer les incidences de la construction et du fonctionnement du parc éolien en mer et de son raccordement sur la ressource halieutique (suivis mutualisés avec RTE. Pour ce faire, la comparaison entre l’état de référence et les suivis environnementaux menés tout au long de la vie du projet, doit permettre de statuer sur les effets du projet sur la ressource halieutique.

Plusieurs suivis sont mis en œuvre :

Des pêches expérimentales

Des marées observées

L'analyse de données existantes

Un suivi spécifique des pontes de seiche

La liste des espèces suivies va au-delà des prescriptions réglementaires, elle a été validée avec le comité des pêches 22 et comprend les espèces suivantes :

  • Les espèces bentho-démersales à l’aide d’un chalut franc (substrat meuble) et d’un chalut canadien (substrat dur) ;
  • Les grands crustacés au casier à crustacés ou au filet à crustacés ;
  • Les bivalves autres que la coquille Saint-Jacques à la benne Hamon ;
  • La coquille Saint-Jacques à l’aide d’une drague à volets (substrat meuble) et d’une drague à roulettes (substrat dur) ;
  • Les bulots au casier ;
  • La seiche adulte au casier (observations embarquées), ainsi que le suivi des pontes (pose d’orins).

En plus des pêches expérimentales, des campagnes d’observations embarquées sont réalisées pour la plupart des métiers auprès de professionnels travaillant en baie de Saint-Brieuc, et plus spécifiquement sur des secteurs proches du site d’implantation du futur parc éolien et de son raccordement. Ces campagnes (environ 70 par an depuis fin 2019) ont pour objectif d’obtenir des indicateurs complémentaires.

La sélection des stations a été réalisée en deux temps :

  • Des aires plus ou moins proches du champ ont été sélectionnées pour évaluer les incidences des travaux et de la phase de fonctionnement selon un gradient d’incidence
  • Des stations spécifiques ont été définies au sein de ses aires en concertation avec le CDPMEM22 (notamment sur la base de la connaissance des zones de pêche)
loca-type-navires

Localisation des stations d’échantillonnage au chalut franc (substrat meuble) et d’un chalut canadien (substrat dur) et types de navires utilisés.

loca-filet-crustaces

Localisation des stations d’échantillonnage au filet à crustacés

loca-bivalves

Localisation des stations d’échantillonnage des bivalves à la benne Hamon

loca-csj

Localisation des stations d’échantillonnage des coquilles Saint-Jacques à la drague à volets (substrat meuble) et la drague à roulettes (substrat dur)

loca-bulots

Localisation des stations d’échantillonnage des bulots au casier

loca-pointes-seiches

Localisation des stations d’échantillonnage des pontes de seiches

Planning et Statut

Z

Mesure mise en place

Le calendrier d’exécution de la mission a été défini en concertation avec le CDPMEM22 qui a proposé pour chaque espèce des mois cibles, en fonction de la pratique des professionnels. A noter que les mois sélectionnés peuvent varier, notamment en fonction notamment de la météo, de la disponibilité des professionnels de la pêche avec lesquels les prestataires embarquent…

Les suivis sont prévus :

  • En septembre et février pour les espèces bentho-démersales
  • En octobre et novembre pour les araignées
  • En septembre pour les bivalves et les coquilles Saint-Jacques
  • En mars et juin pour les bulots
  • De mars à juin pour les seiches

Les suivis par marée expérimentale ont débuté en septembre 2018 pour l’état de référence avant travaux, se poursuivront pendant la phase de construction entre 2021 et 2023 et également les 3 premières années d’exploitation soit de 2024 à 2026 puis tous les 5 ans (années n+1, n+2, n+3, n+5, n+10, n+15, n+20, n+25).

Les suivis complémentaires sont réalisés depuis fin 2019.

Suivi de l’effet récif

Pendant l’exploitation :

Effet récif positif pour les espèces pélagiques et larves
Effet récif positif pour les espèces benthiques (coquille Saint-Jacques, bivalves, bulots, araignées et poissons bentho-démersaux)
Effet récif positif pour les substrats meubles et durs

L’objectif de ce suivi est d’évaluer l’effet récif des fondations et d’analyser l’apparition d’espèces non natives et notamment une éventuelle prolifération de la crépidule. En effet, les fondations vont constituer un nouveau support vertical favorable à la colonisation des espèces de substrats durs, qu’il s’agira de suivre. Il est donc proposé de suivre dans le temps les dynamiques de colonisation des structures ainsi que les évolutions progressives des espèces.

Le suivi sera effectué à l’aide d’un ROV et/ou de plongeurs. Le choix de la technique du suivi sera fonction de la réglementation qui sera définie par les services de l’Etat compétents, notamment quant à l’autorisation de plonger ou non au sein du parc.

7 fondations seront suivies et définies en fonction de la nature des substrats, réparties de la manière suivante :
• 2 fondations sur les sables moyens, au sud de la zone d’implantation ;
• 2 sur les cailloutis, au centre de la zone d’implantation ;
• 2 sur la roche au nord de la zone d’implantation ;
• La fondation de la sous-station électrique.

schema-effet-recif

Planning et Statut

Mesure en développement

Ce suivi sera mené selon le calendrier suivant : 

- Pendant 5 ans en début d'exploitation

2023 à 2028

- Suivi ponctuel

tous les 5 ans

– Pendant les 5 premières années de la phase d’exploitation (de 2023 à 2028)

– Une fois tous les 5 ans ensuite.

Suivi de la crépidule

Pendant l’exploitation :

Prolifération de la crépidule

L’objectif de cette mesure est de suivre le risque de prolifération des crépidules par effet relais suite à la colonisation potentielle des fondations. En effet, les larves d’espèces invasives, comme la crépidule, pourraient trouver au niveau des fondations un support qui jouerait le rôle de relais dans l’expansion des espèces invasives en proposant des substrats neufs pour leur installation. Une mesure de suivi spécifique à la crépidule est donc proposée afin de caractériser leur présence et l’importance de la colonisation. En cas de présence importante un effet négatif serait alors constaté, sous réserve que leur présence sur les fondations induise une expansion du banc de crépidules dans la baie de Saint.

Les résultats du suivi de la colonisation des fondations (Effet Récif) permettra d’identifier la présence ou non d’espèces invasives telle que la crépidule. Aussi, au regard des résultats, le suivi spécifique de la crépidule sera ou non mis en place.

Les mesures de surveillance consisteront en ces 3 étapes :

U

Étape 1

Confirmation de la présence des larves de crépidules sur le site et des densités par la réalisation de campagnes de prélèvements de larves sur le site d'implantation des éoliennes. Elle devra être réalisée entre mai et août, période maximale supposée d'activité de ponte dans le secteur.

Étape 2

Suite aux résultats de cette campagne préalable, de réaliser une étude de prélèvements de crépidules adultes sur une zone plus large (baie de Saint-Brieuc et ses abords) afin de définir, l'origine des larves présentes dans la zone d'implantation.

Étape 3

Réaliser un modèle de dispersion larvaire pour évaluer d'une part, l'origine des larves (couplage avec l'étape 2) et d'autre part, la destination potentielle des larves émises sur le site d'implantation suite à une colonisation des fondations par les crépidules.

Planning et Statut

Mesure en développement

Ce suivi sera mis en œuvre une fois, sur une année en phase d’exploitation et pourra être reconduit en fonction des résultats.

Suivi des chiroptères en phase de construction

Pendant la construction :

Attraction des chauves-souris par les lumières de chantier

La méthodologie consiste en l’équipement d’un navire ainsi que du phare du Grand Léjon d’un système acoustique incluant un enregistreur acoustique, un microphone et un panneau solaire pour l’alimentation du système afin d’évaluer et de caractériser l’activité des chiroptères dans la zone du parc et aux abords. L’objectif est également d’identifier si le chantier est une source d’attraction lumineuse pour les chiroptères et notamment la Pipistrelle de Nathusius.

Les enregistreurs acoustiques qui seront utilisés auront la particularité de détecter les ultrasons sur une gamme de fréquences préalablement définie et de les enregistrer.

Les paramètres qui seront recherchés seront :

Une méthodologie similaire à celle utilisée pendant l’état initial sera mise en œuvre.

Cette mesure sera réalisée en partenariat avec les Phares et Balises.

suivi-chiropteres-construction

Planning et Statut

Mesure en développement

Les suivis auront lieu pendant les périodes de migration des chauves-souris, soit au printemps et à l’automne en 2021, 2022 et 2023.

Suivi des chiroptères en phase d’exploitation

Pendant l’exploitation :

Risque de collision / barotraumatisme
Photoattraction

En phase d’exploitation, 8 éoliennes seront équipées en stations d’enregistrements acoustiques (ultrasons) de manière à évaluer et caractériser l’activité des chiroptères en migration dans la zone du parc.

Ce suivi a, entre autres, pour objectif de renseigner sur la présence de la Pipistrelle de Nathusius en migration dans le parc éolien en mer. Cette dernière ayant été détectée au niveau du phare du Grand Léjon mais jamais sur la zone du parc.

Ce suivi permettra également de renseigner si le parc éolien en fonctionnement constitue une source d’attraction lumineuse pour les chiroptères.

Pour ce faire, 8 éoliennes seront équipées de stations d’enregistrement acoustiques (ultrasons). Ces stations sont réparties en périphérie du parc éolien (cf figure ci-dessous).

Huit stations d’enregistrements acoustiques seront réparties sur les éoliennes périphériques au sein du parc. Les positions 50, 61, 47, 38, 12, 3, 4 et 25 sont actuellement privilégiées.

suivi-chiropteres-exploitation

Planning et Statut

Mesure en développement

Ce suivi constituera la suite du suivi chiroptère en phase de construction. Il aura également lieu pendant les périodes de migration des chauves-souris, soit au printemps et à l’automne. Il débutera à la mise en service des éoliennes du parc et ce pour une durée de 3 ans pendant la phase d’exploitation du parc soit en 2024, 2025 et 2026.

Suivi des activités de pêche

L’activité de pêche dans la baie de Saint-Brieuc représente une part importante de l’économie locale. L’objectif du suivi des activités de pêche est d’évaluer l’évolution de la flotte de pêche et des pratiques de pêches, d’un point de vue économique, afin de déterminer l’incidence du parc éolien sur cette activité.

Une étude similaire portant sur les activités de pêche à proximité de la zone d’implantation a été menée en 2013 dans le cadre du projet d’Ailes Marines.

Le suivi portera sur une étude de l’évolution de la flotte de pêche (effectifs, structure de la flotte, métiers) de la baie de Saint-Brieuc, ainsi qu’une étude des pratiques de pêche (zones de pêches en fonction des métiers).

Les données analysées pour présenter la flotte de la baie de Saint Brieuc et de ses abords proviendront a priori de l’outil VALPENA et regrouperont :

  • Des données concernant les quartiers maritimes ;
  • Des données provenant des rectangles statistiques.

Les données seront basées sur des enquêtes effectuées l’année « n » qui permettront, après traitement, d’obtenir des informations cartographiques et statistiques des activités de pêche de l’année « n-1 » par rectangle, au sein de la Baie de Saint-Brieuc.

La définition des contours de la mesure est actuellement en cours de discussion avec le Comité des Pêches Maritimes et des Elevages Marins des Côtes d’Armor (CDPMEM 22). Le protocole de ce suivi sera défini conjointement entre le CDPMEM22 et Ailes Marines.

Planning et Statut

Mesure en développement

Le protocole de mise en œuvre de cette mesure sera défini dans le courant de l’année 2020.

Suivi du bruit aérien en phase de battage

Pendant la construction :

Bruit dans l’air à terre

L’objectif est de mesurer le bruit aérien à terre en phase de construction lors des opérations de battage. Les mêmes points de mesures que pendant l’état initial en 2015 seront considérés, à savoir :

  • Point 1 : Erquy
  • Point 2 : Binic

Les mesures seront réalisées pendant toute la durée d’une phase de battage et quelques heures avant et après à l’aide d’un sonomètre par point de mesure incluant un préamplificateur et un microphone.

Les mesures seront réalisées en accord avec :

La norme NF S 31-010

relative à la caractérisation et au mesurage du bruit dans l’environnement.

Le projet de norme NF S 31-114

relative aux mesures du bruit dans l’environnement des éoliennes.
suivi-bruit-aerien

Planning et Statut

Mesure en développement

Le suivi sera effectué pendant une session de battage en période de construction entre 2021 et 2023.

Suivi de la turbidité en phase de travaux

Pendant la construction :

Modification de la qualité de l’eau
Dérangement d’espèces halieutiques et benthiques
Perturbation des usages
Modification de la transparence de la colonne d’eau

Le système se positionne sur l’évaluation en temps réel du risque environnemental et se focalise donc sur les effets les plus immédiats du forage des pieux. Il a avant tout une fonction d’alerte qui ambitionne d’interrompre ou de réduire les effets avant qu’ils ne produisent des impacts.

Trois niveaux d’alerte des concentrations en matière en suspension (MES) seront considérés :

Premier niveau d'alerte : seuil de vigilance renforcée

Valeurs supérieures ou égales à 20 mg/L mais inférieures à 50 mg/L.
En cas d’atteinte de ce seuil, un renforcement du contrôle par l'acquisition de données spécifiques (au moins turbidité, pH, chlorophylle continue, analyse MES) sera déclenché.

Deuxième niveau d'alerte : seuil d'adaptation des travaux

Valeurs supérieures ou égales à 50 mg/L mais inférieures à 100 mg/L. En cas d’atteinte de ce seuil la surveillance sera renforcée, et l’intensité des travaux pourra être diminuée (diminution de la pression de forage).

Troisième niveau d'alerte : seuil d'arrêt de travaux

Valeurs supérieures ou égales à 100 mg/L. En cas d’atteinte de ce seuil, les travaux seront temporairement interrompus.

Les mesures d’arrêt ou de réduction des travaux resteront applicables tant que le niveau de concentration de MES ne sera pas tombé en dessous de 20 mg / l. Les mesures s’effectueront à 1.5 mètre en dessous de la surface ainsi qu’à 3 mètres au-dessus du fond marin.

Le suivi sera conforme aux prescriptions de l’arrêté préfectoral spécifique à la turbidité.

Planning et Statut

Mesure en développement

Les stations de mesure de la turbidité seront positionnées a minima deux mois avant le démarrage des travaux, pour une phase de test, puis mesureront en continu la turbidité durant les opérations d’installation des fondations des éoliennes du parc éolien en mer.

Photomontage après construction

L’objectif de cette mesure est de valider que les photomontages présentés dans le cadre de l’étude d’impact étaient représentatifs de la réalité une fois le parc installé.

Des photographies seront prises aux lieux sélectionnés pour la réalisation des photomontages dans le cadre du projet. Tout comme lors de la réalisation des photomontages, pour plusieurs points de vue, des variantes seront réalisées :

  • Des variantes selon les conditions météorologiques ;
  • Des variantes illustrant la perception du projet de nuit si possible.

Les photographies seront compilées dans un rapport et présentées aux autorités locales ainsi qu’aux membres du CGS. Elles seront prises aux endroits suivants : 

  • Depuis l’île de Bréhat à la pointe du Paon
  • Depuis la plage Saint-Michel à Erquy
  • Depuis la pointe de Plouézec
  • Depuis la D34 vers la pointe de la Guette à Plevenon
  • Depuis la plage de Saint-Quay-Portrieux
  • Depuis l’abbaye de Beauport à Paimpol
  • Depuis la digue de la plage des Rosaires à Plérin
  • Depuis Port Moguer à Plouha
  • Depuis la plage de Pléneuf-Val-André
  • Depuis la rue de la Mer à Plérin
  • Depuis la plage de Saint-Pabu à Erquy
  • Depuis le fond de la baie de Saint-Brieuc à Langueux
  • Depuis le cap d’Erquy
  • Depuis le port de Binic
  • Depuis la plage des Sables d’Or à Fréhel
  • Depuis la pointe de la Trinité (la croix des Veuves à Ploubazlanec)
  • Depuis la D34 vers la chapelle Saint-Sébastien de Pléhérel
  • Depuis Saint-Briac-sur-Mer
  • Depuis la campagne à l’ouest de Plévenon
  • Depuis Elizabeth Castle à Saint-Helier
  • Depuis le phare du Cap Fréhel (Restaurant)
  • Depuis la plage de Bon Abri à Hillion
  • Depuis le phare du Cap Fréhel (Parking)
  • Depuis le sillon de Talbert à Pleubian
  • Depuis le haut du phare du Cap Fréhel
  • Depuis le Mont-Saint-Michel_terrase ouest de l’abbaye
  • Depuis le donjon du Fort de la Latte
  • Depuis la pointe du Meinga à Saint-Coulomb
  • Depuis la pointe de Saint-Cast
  • Face à Erquy
  • Depuis le bastion de la Hollande à Saint-Malo
  • Saint-Cast-le-Guildo
  • Depuis la pointe de Corbière sur l’île de Jersey
  • Au large de Fréhel
  • Depuis la pointe de Plouha
  • Sud du parc
  • Depuis la plage de Saint-Enogat à Dinard
  • SO du parc
  • Depuis la pointe de la Garde Guérin à Saint-Briac-sur-Mer
  • Grand Léjon
  • Depuis la D786 au lieu-dit de Bellevue, à Erquy
  • Ile Harbour
  • Depuis la pointe de Pléneuf à Pléneuf-Val-André
  • Trajet Ferry Jersey

Le plan de repérage des points de vue des photomontages réalisés lors de l’étude d’impact sera repris à l’identique pour réaliser les nouvelles photographies, à l’aide du même type d’appareil photographique.

Planning et Statut

Mesure en développement

Réalisation après construction du parc, soit en 2024.

preloader image of the website