Sélectionner une page

Blog[Interview]

Journée internationale
des droits des femmes

Portraits des actrices du projet :
Caroline Thiébaud, Responsable de la préparation
& de la coordination technique

Chaque année, le 8 Mars célèbre la Journée Internationale des droits des Femmes.
Ailes Marines a, dans ce contexte, souhaité mettre en lumière les femmes qui opèrent
chaque jour pour l’avancée du projet.
Zoom sur leurs parcours, leurs missions et leurs motivations au quotidien.

portrait-caroline-thiebaud

Quel est votre parcours ?

À l’origine, j’ai une formation d’ingénierie marine, avec une spécialisation dans les énergies renouvelables en mer. J’ai été diplômée en 2011.

Pour démarrer, j’ai travaillé pendant 5 ans pour un grand bureau d’étude londonien, sur des projets d’interconnexions électriques en mer ainsi que sur des projets hydroliens et éoliens flottants.

Je suis ensuite rentrée en France poursuivre ma carrière, toujours en bureau d’étude et avec un passage chez RTE (Réseau de transport d’électricité) pour travailler sur des projets industriels français. J’ai rejoint les équipes d’Ailes Marines en 2019.

Depuis quand travaillez-vous sur le projet ?

Je travaille sur le projet de Saint-Brieuc depuis le mois d’août 2019.

Quel est votre rôle ?

Je suis en charge de la coordination des différents travaux en mer et de leur préparation technique.

Plus précisément, je travaille sur la stratégie d’installation et la coordination des différents lots de travaux, tels que :

  • les fondations (installation des pieux et pose des jackets),
  • l’installation des câbles sous-marins, mais aussi de la sous-station électrique et des éoliennes.

L’objectif est de s’assurer que les campagnes d’installation de chacun de ces lots soient prêtes (d’un point de vue technique) et le moins risquées possible. Ceci est indispensable pour que les travaux puissent se dérouler en toute sécurité et en respectant les délais du projet et l’environnement dans lequel ils s’inscrivent. La stratégie d’installation des différents travaux est également essentielle pour répondre de manière efficace aux objectifs de mise en service du parc éolien et procéder à la revente de l’électricité produite.

Qu’appréciez-vous le plus dans votre mission ?

Ce que j’apprécie le plus dans ma mission c’est la transversalité du rôle.

Je suis ravie de pouvoir travailler avec toutes les équipes du projet et avoir une vision globale pour mener à bien les travaux et la mise en service du parc. Je trouve que cela est d’une incroyable richesse.

J’apprends beaucoup sur les différents types de travaux, les contraintes techniques et les besoins opérationnels. J’apprécie particulièrement le dynamisme de mes collègues et l’esprit d’équipe. Il est important d’être soudés et d’avoir un grand respect pour les uns et les autres, surtout lors des travaux en mer où les enjeux sont tels qu’ils peuvent vite faire monter la pression.

Si vous deviez décrire votre mission en 3 mots ?

Pour décrire mon activité, j’opterais pour les mots : Coordination, Optimisation et Performance.

Pourquoi vous-êtes vous lancée dans le secteur
des Énergies Marines Renouvelables ?

J’ai été sensibilisée aux enjeux climatiques depuis le lycée, ce qui a motivé mon parcours académique et mon désir de travailler dans le secteur énergétique.

Les Énergies Marines Renouvelables ont mis du temps à décoller en France, c’est pourquoi j’ai cherché à avoir une première expérience professionnelle au Royaume-Uni, là où elles étaient en plein essor. J’ai pu capitaliser sur cette expérience et je suis à présent très fière de pouvoir contribuer à la planification et la réalisation des travaux du projet de Saint-Brieuc. À noter que celui-ci sera le deuxième parc éolien en mer à voir le jour en France.

Je suis ravie que les annonces récentes du gouvernement confirment une volonté forte de développer la filière éolienne offshore française. Ceci va permettre de développer ce secteur industriel en créant des emplois et un vrai savoir-faire dans le domaine.

U

Droits des femmes : la lutte contre les inégalités

Véritable enjeu de société, la lutte contre les inégalités poursuit continuellement son combat.

Depuis plus de 40 ans, les Nations Unies placent d’ailleurs cette cause au cœur de leurs objectifs de développement durableen évoquant que « L’égalité des sexes n’est pas seulement un droit fondamental à la personne, elle est aussi un fondement nécessaire pour l’instauration d’un monde pacifique, prospère et durable ».

Afin de prendre conscience des chiffres clés tournant autour de cette thématique, un bilan est dressé chaque année afin de suivre les progrès liés à cette lutte, ainsi que les défis qui subsistent, à échelle mondiale.

Pour rappel

Parmi les avancées notables de ces dernières décennies, on relate :

  • Davantage de filles scolarisées
  • Moins de filles contraintes de se marier précocement
  • Davantage de femmes occupant des postes de direction ou une place au parlement
  • Les lois et réformes destinées à faire progresser l’égalité des sexes

En dépit de ces avancées, de nombreux défis subsistent encore :

  • Les lois et normes sociales discriminatoires persistantes
  • La sous-représentation des femmes à tous les niveaux du pouvoir politique
  • Le taux de femmes ayant subi des violences physiques ou sexuelles

Ensemble, continuons de lutter contre les inégalités.